Articles taggés Domenech

Quelle ligne de défense pour Domenech ?

Raymond_Domenech

L’ex-sélectionneur des Bleus pourrait se retourner devant les prud’hommes s’il conteste la faute grave qui lui est reprochée…

A croire Fernand Duchaussoy, le président de la fédération, Raymond Domenech souhaite régler au plus vite son propre cas. L’ex-sélectionneur des Bleus ne voudrait pas que le litige qui l’oppose à la FFF vire au «feuilleton». Depuis qu’il a reçu sa lettre de licenciement, la semaine dernière, Domenech affûte sa défense avec son avocat, sans s’épancher sur ses intentions. Lundi à Sarajevo, le président de la fédé a confirmé que la faute grave avait été retenue, pour trois motifs précis: le refus de serrer la main de Pareira, la lecture du communiqué des joueurs à Knysna et l’absence de dialogue avec sa hiérarchie dans l’affaire Anelka.

«S’il le veut, c’est son droit de contester devant les tribunaux. Mais donner des indemnités, ça aurait été choquant pour moi», explique Duchaussoy. Selon Serge Pautot, avocat au barreau de Marseille spécialisé dans le droit du sport, deux solutions s’offrent à l’ancien boss des Bleus pour contester les trois griefs de la fédé.

«Pas un salarié comme les autres»

Il peut d’abord se retourner devant le conseil des prud’hommes. Dans ce cas, «il devra donner ses arguments et expliquer comment il en est arrivé à cette situation. On entrera peut-être au coeur du débat, sur la nature de ses relations avec les joueurs», annonce l’avocat. Ceux qui le défendront tenteront de détruire l’argumentaire de la fédération en prouvant que la «faute grave» en question n’en est pas une. Soit parce que rien n’oblige Domenech à serrer la main d’un adversaire. Soit parce qu’il semble difficile de reprocher à un coach de se plier à la volonté de ses joueurs quand il lit publiquement leur lettre.

L’autre brèche juridique concerne la nature du contrat de Domenech. Les griefs qui lui sont adressés ne concernent que le «sélectionneur», dont le contrat a pris fin le 30 juillet dernier. Pas le directeur technique national, lié à la fédération par un CDI. En clair, il serait licencié pour une faute grave commise dans l’exercice d’un contrat… terminé. Pas évident juridiquement. Et pourtant. «Son contrat de sélectionneur est un contrat secondaire qui se rattache au contrat principal, note Maître Pautot. De toutes les façons, un DTN a les mêmes obligations qu’un entraîneur national. Il peut faire l’objet d’un contrat complémentaire, mais son comportement se greffe à ses obligations morales de DTN. Domenech n’est pas un salarié comme les autres. Il faut remettre les griefs dans un contexte. Il défendait l’image de la France en Afrique du sud.» En clair, la FFF possède un réquisitoire fondé.

340.000 euros au maximum

Mais elle peut aussi considérer qu’elle a suffisamment été éclaboussée dans cette affaire et qu’un recours devant les prud’hommes s’avère risqué pour ses finances. A ce moment-là, elle pourrait proposer à Domenech un nouveau rendez-vous pour envisager une solution transactionnelle. Si les deux parties tombent d‚accord, l’ancien sélectionneur s’en ira avec un chèque. Rémunéré à hauteur de 12.000 euros par mois sur quatorze échéances, comme tous les salariés de la FFF selon Le Parisien, il pourrait toucher au maximum 340.000 euros d’indemnités. Le prix pour se faire oublier.

Domenech plein de surprise

Domenech RaymondOn savait qu’il y auait des surprises jeudi dans la derniere liste de Raymond Domenech avant l’annonce de sa séléction définitive pour le mondial. On s’en doutait, d’autant que le coach des bleus est confronté à une pleiade de forfaits (Abidal, Gallas, Squillaci, Benzema, Gignac, Diaby, et A.Diarra) avant d’affronter l’Espagne mercredi en amical (diffusé sur TF1 à 21h)

Pourtant, une fois les 24 noms dévoilés, l’effet est bien là. Stupeur ! Le sélectionneur a convoqué des joueurs qu’on n’espérait presque plus voir en bleu. Saha (Everton), auteur d’une belle saison (15 but en 30 match), effectue son retour (au détriment de Cissé) en compagnie de Ben Arfa (OM).

Le Premier n’avait plus été appelé depuis fin 2006, et le second fin 2008. A ceux qui l’ignorait encore : « Hatem a du talent », s’est justifié Domenech. Si Boumsong fait aussi partie des retenus, l’absence de Viera, trop juste, et les arrivées de Ciani (Bordeaux) et Cheyrou (OM) ne passent pas inaperçues.

Vous avez maintenant tous le éléments pour faire vos pronostics sur le match de l’équipe de France contre l’Espagne, ce mercredi. Vous pouvez aussi parier pendant le match, si vous ne le saviez pas encore. Mais préparez vous et inscrivez vous sur Bwin et encaisser jusqu’à 50€ en plus de votre premier dépôt.

Haut de page